Image

Le défi de l’e-commerce pour le luxe

6 octobre 2017


Depuis toujours, le luxe est associé à de la haute qualité, de l’artisanat, de l’art, à … l’exception, en somme !

Depuis une dizaine d’années, le e-commerce est devenu une commodité, voire une habitude au quotidien pour certaines personnes en France. Acheter sur Internet devient banal pour la moyenne de la population française.

Comment les maisons de luxe peuvent

-elles tirer parti des avantages du web pour proposer de nouvelles possibilités de contact et d’achat pour leur clientèle ?

Toutes ont un site web. Au minimum, il permet de connaître l’histoire de la Maison, de localiser les boutiques de vente, d’en apprendre davantage sur le savoir-faire unique de la marque, de connaître les nouvelles créations… C’est aussi une vitrine digitale de l’image de marque de la maison.

Alors… qu’en est-il de l’e-commerce sur les sites de luxe ?

1.Le commerce sur Internet répond à certains codes, et par expérience, les marketeurs savent ce qui fonctionne bien :

  • une visualisation facilitée du produit,
    avec des photos de qualité,
    permettant de zoomer dessus,
    de voir des détails d’un produit en gros plan, comme si on était en magasin
  • un descriptif complet
  • la facilité de recherche et de tri des articles selon différents critères : prix, couleur, matière, marque pour les distributeurs…
  • Le nom de l’article et son prix bien lisibles
  • Un bouton de commande bien visible
  • Des éléments de réassurance affichés sur le site : les moyens de paiement acceptés avec les logos des cartes de crédit, les conditions générales de vente, les possibilités de livraison, la connexion sécurisée en https:// , la note moyenne des clients par des sites de certification…

Quand au luxe, il répond à certains codes aussi !

Traditionnellement, dans un magasin physique, les prix ne sont pas affichés, du moins en vitrine !
La star, c’est le produit ! Pardon, ce n’est pas un produit…

C’est une création, c’est de l’art…

2. Alors, sur Internet, faut-il respecter les codes traditionnels du e-commerce ou du luxe ?

Imagine-t-on une robe de haute couture vendue comme ci-dessous :

articleblog1xcf

Hum… Il y a peut-être un juste milieu à trouver, n’est-ce pas ?!

Mélanger ce qui fonctionne bien sur Internet… et ce qui se fait dans un magasin physique de luxe.

Par exemple :
>> ne pas lésiner sur le nombre et la qualité des photos, permettre aux internautes de visualiser certains détails de matière, de couture par exemple, comme s’ils avaient la robe entre les mains !
Au passage, cela permet de valoriser le savoir-faire de la marque de luxe, en se rendant compte de la qualité ou finesse de certains ouvrages et matières en gros plan.

>> Les photos de la robe peuvent s’afficher et défiler avec un léger effet d’animation :
un fondu par exemple, une fluidité du défilement, assez rapide, qui ne doit pas alourdir le code et la vitesse de chargement du site, mais peut donner un effet d’animation qui évoque l’univers de la marque,  le rêve.

>> Le prix pourrait être affiché, mais pas forcément au premier regard, car dans le luxe, ce n’est pas sensé être le plus important.
par exemple, ne pas se placer sous la photo principale ou le nom de la robe mais sous le texte de descriptif, visible certes, mais ne sautant pas à la figure…

3.Internet permet aussi, grâce à la personnalisation, de prolonger et compléter ce qui est proposé à la clientèle dans les boutiques physiques de luxe.

Sauvegarder les goûts d’un client, sa taille………………………. les matières et couleurs qu’il affectionne………………………….qu’il puisse s’abonner a un thème de collection pour être averti lorsqu’une création sera en vente sur ce thème…………………………proposer un vestiaire virtuel, où le client peut sauvegarder et regarder les créations qui lui plaisent, comme s’il était dans une dressing-room.………………………………proposer la prise en ligne de rdv dans une boutique physique………………………………………. ou livraison à domicile dans un certain rayon autour d’une boutique pour les clients bien connus de la maison…

>>> tous ces outils complémentaires peuvent prolonger l’expérience de la boutique… en ligne !

35257488060_091a01d4d3_z


Nadège Sémanne

*** Crédits photos, par ordre d’affichage ***Photo à la une (salon) >> bexpokerry licence Creative Commons
https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/
Photo 2 >> la robe sur l’écran de téléphone, Bea Serendipity
https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/
Photo 3 >> Jean-Pierre Dalbéra
https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/